Autrui. Travail sur la notion 2

Un mini-cours sur la notion d’autrui

Après s’être interroger sur la notion d’autrui pour faire émerger des idées à son propos et après avoir partagé en classe ces idées, proposons-nous maintenant de suivre un mini cours sur autrui. Il ne dure même pas 9′. Il conviendra de prendre des notes et surtout de bien comprendre les différents problèmes soulevés et les propositions de réponses. Ensuite, il sera possible de travailler les références utiliser.

 

Autrui. Travail sur la notion 1

autruiExercice en classe par les élèves de TL

Nous entamons aujourd’hui l’étude d’une nouvelle notion, étude qui doit prolonger notre réflexion sur le sujet. Jusqu’à présent, nous avons surtout évoqué le sujet en tant que moi (ego), et nous avons réfléchi sur la position du sujet dans le monde. Est-il face au monde ? dans le monde ? Est-il être au monde (Merleau-Ponty)?

Le sujet rencontre l’altérité, ce qui n’est pas lui. Nous avons affirmé qu’il se pose comme sujet en s’opposant à ce qui n’est pas lui. Il y a les choses mais il y aussi les êtres qui sont comme lui sujet : autrui.

C’est cette notion que nous allons maintenant travailler.

1. Commençons d’abord par évoquer les idées qui émergent dès que l’on pense à la notion d’autrui.

2. En utilisant la fonction « commentaires », nous partagerons les idées, en prenant soin de prendre en compte celles qui ont déjà été formulées.

3. Poursuivre le travail en formant des petits groupes. Le but étant de faire évoluer les représentations initiales que l’on a sur la notion d’autrui, sans pour autant ouvrir un livre.

Le même exercice a été proposé aux élèves de TES ; il a donné lieu à un enregistrement sur PhiloWebRadio.

Alain. La prise de conscience et ses paradoxes

Didier Maes,  Inspecteur Pédagogique Régional de Philosophie, nous explique un propos d’Alain qui n’a été publié qu’en 1955, soit 4 ans après la mort du philosophe. Texte difficile qui a été déjà donné comme sujet de baccalauréat.

Alain 1868-1951
Alain 1868-1951

« Dans le sommeil, je suis tout ; mais je n’en sais rien. La conscience suppose réflexion, division. La conscience n’est pas immédiate. Je pense, et puis je pense que je pense, par quoi je distingue Sujet et Objet, Moi et le monde. Moi et ma sensation. Moi et mon sentiment. Moi et mon idée. C’est bien le pouvoir de douter qui est la vie du moi. Par ce mouvement, tous les instants tombent au passé. Si l’on se retrouvait tout entier, c’est alors qu’on ne se reconnaîtrait pas. Le passé est insuffisant, dépassé. Je ne suis plus cet enfant, cet ignorant, ce naïf. Ce moment-là même j’étais autre chose en espérance, en avenir. La conscience de soi est la conscience d’un devenir et d’une formation de soi irréversible, irréparable. Ce que je voulais, je le suis devenu. Voilà le lien entre le passé et le présent, pour le mal comme pour le bien.
Ainsi le moi est un refus d’être moi, qui en même temps conserve les moments dépassés. Se souvenir, c’est sauver ses souvenirs, c’est se témoigner qu’on les a dépassés. C’est les juger. Le passé, ce sont des expériences que je ne ferai plus. Un artiste reconnaît dans ses oeuvres qu’il ne s’était pas encore trouvé lui-même, qu’il ne s’était pas encore délivré ; mais il y retrouve un pressentiment de ce qui a suivi. C’est cet élan qui ordonne les souvenirs selon le temps. »

ALAIN, Manuscrits inédits


La prise de conscience et ses paradoxes… par projeteee

Peut-on définir la conscience ?

Texte comme support du cours donné en amphi et comme sujet d’entraînement à l’étude de texte.

Faire un le travail préparatoire à l’étude de texte sur cet extrait de la Conscience et la Vie de Bergson et rédiger une introduction. Exercice donné aux élèves de TS

Remarques :

– si ce texte apparaît trop long pour constituer un sujet type bac, il donne cependant l’occasion de s’entraîner à l’étude de texte, de travailler la notion de conscience et de réviser le cours.

– Vous pouvez trouver un extrait plus long de la conférence donnée par Bergson dans l’Anthologie.

« Mais, qu’est-ce que la conscience ? Vous pensez bien que je ne vais pas définir une chose aussi concrète, aussi constamment présente à l’expérience de chacun de nous. Mais sans donner de la conscience une définition qui serait moins claire qu’elle, je puis la caractériser par son trait le plus apparent : conscience signifie d’abord mémoire. La mémoire peut manquer d’ampleur ; elle peut n’embrasser qu’une faible partie du passé ; elle peut ne retenir que ce qui vient d’arriver ; mais la mémoire est là, ou bien alors la conscience n’y est pas. Une conscience qui ne conserverait rien de son passé, qui s’oublierait sans cesse elle-même, périrait et renaîtrait à chaque instant : comment définir autrement l’inconscience ? Toute conscience est donc mémoire − conservation et accumulation du passé dans le présent.

      Mais toute conscience est anticipation de l’avenir. Considérez la direction de votre esprit à n’importe quel moment : vous trouverez qu’il s’occupe de ce qui est, mais en vue surtout de ce qui va être. L’attention est une attente, et il n’y a pas de conscience sans une certaine attention à la vie. L’avenir est là ; il nous appelle, ou plutôt il nous tire à lui : cette traction ininterrompue, qui nous fait avancer sur la route du temps, est cause aussi que nous agissons continuellement. Toute action est un empiétement sur l’avenir.

      Retenir ce qui n’est déjà plus, anticiper sur ce qui n’est pas encore, voilà donc la première fonction de la conscience. Il n’y aurait pas pour elle de présent, si le présent se réduisait à l’instant mathématique. Cet instant n’est que la limite, purement théorique, qui sépare le passé de l’avenir ; il peut à la rigueur être conçu, il n’est jamais perçu ; quand nous croyons le surprendre, il est déjà loin de nous. Ce que nous percevons en fait, c’est une certaine épaisseur de durée qui se compose de deux parties : notre passé immédiat et notre avenir imminent. Sur ce passé nous sommes appuyés, sur cet avenir nous sommes penchés ; s’appuyer et se pencher ainsi est le propre d’un être conscient. Disons donc, si vous voulez, que la conscience est un trait d’union entre ce qui a été et ce qui sera, un pont jeté entre le passé et l’avenir. »

Bergson, La Conscience et la Vie dans l’Energie Spirituelle, 1910

Quelles différences faites-vous entre une oeuvre d’art et un objet quelconque ?

Nous venons de commencer notre réflexion sur l’art, aussi je vous propose de réfléchir sur la question suivante :

« Quelles différences faites-vous entre une oeuvre d’art et un objet quelconque ? »

Pour démarrer, je vous donne une proposition : ce qui différencie l’oeuvre d’art et un objet quelconque c’est sa beauté ; si l’objet quelconque est en principe utile (ou non d’ailleurs !), l’oeuvre d’art est belle. L’oeuvre d’art et l’objet quelconque se distingue par leur finalité. Qu’est-ce que cela vous donne à penser ? Quels arguments peuvent permettre de corroborer cette proposition ? Celle-ci est-elle indépassable ?

Quelle attitude avoir face au temps ?

Déjà le temps est-il face à nous ?

Ne sommes-nous pas dans le temps ?

D’une certaine façon le temps semble est contre nous !

Toujours est-il que la réponse immédiate affirme que nous voulons échapper au temps.

Mais qu’est-ce que cela signifie « vouloir échapper eu temps ? »

N’est-ce pas vouer de toute façon à l’échec ?

L’attitude raisonnable n’est-elle pas plutôt la résignation ?

A suivre !

Importance des distinctions conceptuelles

 

 

Travaux Pratiques effectués en classe

Nous sommes dans le cadre d’un cours sur l’existence et le temps, intitulé, l’existence de l’homme assujettie au temps

Exercice 1

Dans un premier temps, nous avons travaillé un certain nombre de définitions concernant des notions importantes pour notre réflexion. Il s’agit d’insister sur un point important dans le travail nécessaire de conceptualisation, celui de la distinction conceptuelle. Les termes sont souvent très proches, mais il ne s’agit pas pour autant des les assimiler ou de les confondre. La moindre nuance peut susciter une réflexion.

exercice 1Exercice 2

exercice 2

Exercice 3

exercice 3

08 Alberola, Le rien

Exercice 4 : à faire à la maison

exercice 4