Révisions BAC Philo 2016. Stage intensif : Séance 1/3

révision bac2016

Séance du vendredi 3 juin 2016 (13 à 17h)

Révision BAC 2016 : La dissertation philosophique

La méthode par la pratique

 

  1. Paradoxe problème et problématique 

Exercice 1 : Définir ce qu’est un paradoxe ?

Exercice 2 : Soit le sujet suivant : « Est-il préférable de subir l’injustice plutôt que de la commettre ? » Quel est le préjugé qui est visé ici. Peut-on le remettre en question ? Comment ?

Exercice 3 : quels sont les paradoxes dans les sujets suivants ? Explicitez ce qui fait le paradoxe.

  • Faut-il en finir avec la tolérance ?
  • Faut-il en finir avec la religion ?
  • Peut-on renoncer librement à sa liberté ?
  • Peut-il y avoir un art du laid ?
  • Le droit est-il nécessairement juste ?
  • Pourquoi suis-je moi plutôt qu’un autre ?
  • Le langage sert-il d’abord à s’exprimer ou à communiquer ?

Exercice 4 : Relevez les paradoxes des sujets suivants (à faire à la maison) :

  • L’Etat doit-il viser le bonheur de tous les individus ?
  • Rendre les hommes meilleurs, est-ce le but de la politique ?
  • L’hypothèse de l’inconscient exclut-elle toute connaissance de soi ?
  • L’art est-il moins nécessaire que la science ?
  • L’art est-il un moyen d’accéder à la vérité ?
  • Peut-on être en conflit avec soi-même ?
  • Faut-il apprendre à se connaître soi-même ?

 

Exercice 5 : quel est le problème que soulève le sujet suivant : « Ce que l’homme accomplit dans son travail peut-il se retourner contre lui ? » Explicitez comment vous problématisez le sujet.

Exercice 6 : Expliciter le paradoxe du sujet suivant : Comment comprendre la notion de vie intérieure ?

 

Exercice 7 : Expliciter le paradoxe du sujet suivant : L’Etat a-t-il besoin de la mémoire des citoyens ? (à faire à la maison et me proposer votre travail)

Peut-on démontrer rationnellement l’existence de Dieu ?

Peut-on encore croire en Dieu ?

Peut-on démontrer rationnellement l’existence de Dieu ? Et si cela était possible, parlerait-on encore de foi, qui existe justement sans preuve ?

Aujourd’hui, Anthony Feneuil et Yann Schmitt exposent ce que nous réserve cette question vieille comme le monde, question toujours inactuelle.

Creation of man (1508-1512)
Creation of man (1508-1512) • Crédits : Michelangelo

Ecouter l’émission

Lecture

Henri Bergson, Les Deux Sources de la morale et de la religion, chez Félix Alcan, 1937, chapitre 3 « la religion dynamique » p.271


Les intervenants

  • Anthony Feneuil : maître de conférence en théologie à l’Université de Lorraine (Metz), fondateur et directeur de publication de la revue ThéoRèmes
  • Yann Schmitt : professeur en classes préparatoires, rédacteur en chef de la revue ThéoRèmes spécialisée sur la philosophie et les sciences sociales du religieux

Pourquoi désobéir ?

De quoi sera faite la philosophie demain ? Et si demain, c’était déjà maintenant, et si la meilleure manière de répondre à nos interrogations était de continuer à se poser des questions ? Les Nouveaux Chemins de la Connaissance commence cette semaine avec Manuel Cervera-Marzal qui pose cette question :

Pourquoi désobéir ?

http://www.franceculture.fr/emissions/les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance/les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance-lundi-30

Gandhi filant
Gandhi filant • Crédits : Inconnu/Wikimedia commons

Pour écouter l’émission

Les lectures

Henry David Thoreau, La Désobéissance civile (Le passager clandestin, 2007), p. 38-39.

John Rawls, Théorie de la justice , trad. de Catherine Audard, (Seuil, 1987), p. 405-406.

Gandhi, Tous les hommes sont frères, trad. Guy Vogelweith (Gallimard, 1969)

Michel Foucault, Dits et écrits, II, 1976-1988, (Gallimard, 2001)


Manuel Cervera-Marzal

Manuel Cervera-Marzal
Manuel Cervera-Marzal

Docteur en science politique, Manuel Cervera-Marzal est actuellement ATER à l’EHESS et Honorary Fellow à la Chaire Hoover. Sa thèse porte sur la désobéissance civile. Il travaille actuellement sur les pratiques militantes au sein du parti politique espagnol Podemos. Ses recherches articulent la philosophie politique et la sociologie. Il est l’auteur de cinq ouvrages, parmi lesquels Miguel Abensour, critique de la domination, pensée de l’émancipation (Sens et Tonka, 2013) et Pour un suicide des intellectuels (Textuel, janvier 2016). Il a dirigé (avec Eric Fabri) l’ouvrage collectif Autonomie ou Barbarie. La démocratie radicale de Cornelius Castoriadis et ses défis contemporains (Passager clandestin, 2015).

http://www.laviedesidees.fr/_Manuel-Cervera-Marzal_.html

Manuel Cervera-Marzal Les nouveaux désobéissants

BAC 2016. Les sujets de philo d’Amérique du nord pour la Série ES

philobac2016

Sujet 1

L’art peut-il être indifférent au beau ?

Sujet 2

Les hommes vivent-ils en société par intérêt ?

Sujet 3

« L’obligation n’est pas la nécessité. Quand j’abandonne une pierre à elle-même, elle tombe et ne peut pas faire autrement, et quand j’énonce cette loi générale, les corps sont attirés vers le centre de la terre, j’énonce une loi nécessaire en ce sens que les faits qu’elle embrasse ne sauraient en aucune manière s’y soustraire et cela tient à une raison fort simple. Les lois de la physique qui sont nécessaires ne sont guère que la constatation de ce qui se passe. Le physicien observe, expérimente et exprime par une formule générale le résultat de ses observations. Il est donc impossible que les faits se dérobent à la loi puisque la loi exprime les faits. Si un jour un phénomène ou un objet échappait à son influence, cela prouverait qu’elle est fausse, qu’elle n’est pas la vraie. Il faudrait en chercher une autre à laquelle obéissaient même les phénomènes nécessaires. Une loi nécessaire est donc une loi postérieure aux événements qu’elle régit. Elle en est l’expression, la formule et les événements ne peuvent s’y soustraire par la raison très simple qu’elle se borne à les traduire. Il n’en est pas ainsi pour la loi morale. Les lois de la morale sont antérieures aux événements qu’elles prétendent régir et c’est par là qu’elles se distinguent des lois physiques. Cette loi, il ne faut pas voler, n’est pas l’expression abrégée, l’expression générale de ce qui se passe. Il y a des vols et des voleurs ; elle n’indique pas ce qui est mais ce qui devrait être. Ce n’est point un abrégé de la réalité, c’est un idéal qui précède la réalité et auquel la réalité devrait se conformer. De là vient qu’à l’opposé des lois physiques, ces lois de la morale admettent des exceptions. On peut se soustraire à leur influence ; on ne le devrait pas, mais on le pourrait. Et c’est en quoi l’obligation se distingue de la nécessité. »

Henri BERGSON, Leçons de Clermont-Ferrand, 1883

Bac 2016. Les sujets de philo d’Amérique du nord pour la Série L

Sujet 1

Une vérité scientifique peut-elle être approximative ?

Sujet 2

Peut-on être soi-même devant les autres ?

Sujet 3

« Le royaume de la liberté commence seulement là où l’on cesse de travailler par nécessité et opportunité imposée de l’extérieur ; il se situe donc, par nature, au-delà de la sphère de la production matérielle proprement dite. De même que l’homme primitif doit lutter contre la nature pour pourvoir à ses besoins, se maintenir en vie et se reproduire, l’homme civilisé est forcé, lui aussi, de le faire et de le faire quels que soient la structure de société et le mode de production. Avec son développement s’étend également le domaine de la nécessité naturelle, parce que les besoins augmentent ; mais en même temps s’élargissent les forces productives pour les satisfaire. En ce domaine, la seule liberté possible est que l’homme social, les producteurs associés, règlent rationnellement leurs échanges avec la nature, qu’ils la contrôlent ensemble au lieu d’être dominés par sa puissance aveugle et qu’ils accomplissent ces échanges en dépensant le minimum de force et dans les conditions les plus dignes, les plus conformes à leur nature humaine. Mais cette activité constituera toujours le royaume de la nécessité. »

Karl MARX, Le Capital (1867)

BAC 2016. Les sujets de philo d’Amérique du Nord pour la Série S

Sujet 1

Travailler est-ce seulement mettre en oeuvre des techniques ?

Sujet 2

Peut-on ne pas admettre la vérité ?

Sujet 3

Le gouvernement arbitraire d’un prince juste et éclairé est toujours mauvais. Ses vertus sont la plus dangereuse et la plus sûre des séductions: elles accoutument insensiblement un peuple à aimer, à respecter, à servir son successeur quel qu’il soit, méchant et stupide. Il enlève au peuple le droit de délibérer, de vouloir ou ne vouloir pas, de s’opposer même à sa volonté, lorsqu’il ordonne le bien ; cependant ce droit d’opposition, tout insensé qu’il est, est sacré: sans quoi les sujets ressemblent à un troupeau dont on méprise la réclamation, sous prétexte qu’on le conduit dans de gras pâturages. En gouvernant selon son bon plaisir, le tyran comment le plus grand des forfaits. Qu’est ce qui caractérise le despote ? Est-ce la bonté ou la méchanceté ? Nullement ; ces deux notions n’entrent pas seulement(1) dans sa définition. C’est l’étendue et non l’usage de l’autorité qu’il s’arroge. Un des plus grand malheurs qui pût(2) arriver à une nation, ce seraient deux ou trois règnes d’une puissance juste, douce, éclairée, mais arbitraire : les peuples seraient conduit par le bonheur à l’oubli complet de leurs privilèges, au plus parfait esclavage. »

Denis DIDEROT, Réfutation suivie de l’ouvrage d’Helvétius (1783-1786)

Notes

(1) « pas seulement » = pas du tout

(2) « qui pût » = qui pourrait

Faut-il commémorer ou oublier ?

20160529 scénographie Verdun

Est-ce la même chose que de vouloir faire naître ou développer la conscience historique des jeunes et le devoir de mémoire ? Quel est le sens et le but d’une commémoration ? Cela participe-t-il à une conscience et mémoire collective ? Cette mémoire peut-elle raviver des haines ou bien au contraire est-elle le fondement d’une paix authentique et durable ? Oublier ne serait-il pas plus judicieux de manière à tourner des pages, terminer enfin ce grand livre des horreurs et penser un tout autre avenir, une toute autre société ? N’est-ce pas une illusion que de croire que l’on peut prendre des leçons de l’histoire ? Ne croule-t-on pas sous les commémorations sans que l’on puisse voir pour autant des progrès en matière d’humanité ?

Interrogation à poursuivre. Questions à développer. Thèses à échafauder et à discuter. Aller au-delà de toutes polémiques malsaines, pour penser vraiment. Qu’on ne se trompe pas, si certains polémiquent sur le fait que la scénographie des célébrations du centenaire de la bataille de Verdun, conçue par le cinéaste allemand Volker Schlöndorff, était un honteux et désolant, voire blasphématoire spectacle en ce qu’elle faisait courir et danser une jeunesse parmi les tombes et les croix, c’est certainement de la pure et simple récupération politique politicienne. Plus important est de réfléchir sur la nature, le sens et la valeur de l’acte commémoratif tout autant que ses limites. Que dit cet acte ou plus exactement la manière dont on s’y prend pour commémorer, ou encore notre rapport à la mémoire et à l’histoire sur notre société actuelle ?

Vendredi 27 mai en Guadeloupe, on commémorait l’abolition de l’esclavage, dimanche 29 mai on commémorait à Verdun le centenaire d’une bataille, le 6 juin prochain, le débarquement etc. L’occasion nous est donc donnée d’y réfléchir.

Des sujets de philosophie donnés au baccalauréat évoquant cette thématique :

4 dissertations

  • Commémorer le passé, est-ce le connaître ?
  • Faut-il oublier le passé pour se donner un avenir ?
  • L’intérêt de l’histoire, est-ce d’abord de lutter contre l’oubli ?
  • Pour se libérer du passé faut-il l’oublier ?

Un texte d’Arthur Schopenhauer

L’usage de la raison individuelle suppose, à titre de condition indispensable, le langage ; l’écriture n’est pas moins nécessaire à l’exercice de cette raison de l’humanité : c’est avec elle seulement que commence l’existence réelle de cette raison, comme celle de la raison individuelle ne commence qu’avec la parole. L’écriture, en effet, sert à rétablir l’unité dans cette conscience du genre humain brisée et morcelée sans cesse par la mort : elle permet à l’arrière-neveu de reprendre et d’épuiser la pensée conçue par l’aïeul ; elle remédie à la dissolution du genre humain et de sa conscience en un nombre infini d’individus éphémères, et elle brave ainsi le temps qui s’envole dans une fuite irrésistible avec l’oubli, son compagnon. Les monuments de pierre ne servent pas moins à cette fin que les monuments écrits, et leur sont en partie antérieurs. Croira-t-on en effet que les hommes qui ont dépensé des sommes infinies, qui ont mis en mouvement les forces de milliers de bras, durant de longues années, pour construire ces pyramides, ces monolithes, ces tombeaux creusés dans le roc, ces obélisques, ces temples et ces palais, debout depuis des millénaires déjà, n’aient eu en vue que leur propre satisfaction, le court espace d’une vie, qui ne suffisait pas à leur faire voir la fin de ces travaux, ou encore le but ostensible que la grossièreté de la foule les obligeait à alléguer ? – Leur intention véritable, n’en doutons pas, était de parler à la postérité la plus reculée, d’entrer en rapport avec elle et de rétablir ainsi l’unité de la conscience humaine.

SCHOPENHAUER, Le Monde comme volonté et comme représentation (1819)

Mais au fait, c’est quoi philosopher ? c’est quoi un vrai philosophe ?

Le 100ème numéro de philosophie Magazine consacré la question de savoir ce qu’est la philosophie.

201606 philomag 100

Après 99 numéros, il était temps de remonter à la racine même de notre arbre : au fait, c’est quoi, philosopher ? Toute l’histoire de la philosophie est une série de notes de bas de page ajoutées aux dialogues de Platon, a lancé Alfred North Whitehead. Belle formule, mais qui n’épuise pas le problème. Pour cerner la philosophie, nous avons procédé par questions. La philosophie est-elle une discipline théorique ou une pratique, un mode de vie visant au bonheur ? Est-elle vraiment née à Athènes, ou existe-t-il de la philosophie ailleurs – en Inde, en Chine, au Japon, en Afrique ? Y a-t-il eu, depuis l’Antiquité, de nouvelles questions, comme celles de la nature de la conscience ou de l’intelligence artificielle ? La philosophie peut-elle déstabiliser le pouvoir politique, ou renonce-t-elle à son indépendance dès qu’elle s’engage dans les combats du présent ? Un vrai philosophe, est-ce forcément quelqu’un qui construit un système ? La philosophie est-elle l’amie ou l’ennemie de la religion ? Nous avons mis à contribution certains des penseurs contemporains les plus stimulants. Ce dossier a des passages denses, d’autres plus légers. Il offre en tout cas une vision de l’état de l’art.

1 2 3 4 5 21